Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 20:42

logo attacATTAC SAMBRE-AVESNOIS


S
i on prenait un peu aux riches,
ça ferait combien pour les pauvres ?

 

Soirée débat avec Jean GADREY
 

Economiste, professeur émérite à l'Université de Lille 1, membre de la « Commission de Mesure de la Performance Économique et du Progrès Social » présidée par Joseph Stiglitz.

 

Vendredi 26 février 2010 à 18h

 

Maison Folie – Place Vauban

Place du Char - Maubeuge

 

Question politiquement incorrecte quand on est gouverné par des riches, mais je la pose. Calculs et scénarios sur la base de chiffres officiels qui ont fait de gros progrès (merci au CNIS et à l’Insee), mais qui sous-estiment probablement encore un peu les revenus des très riches.

Jean Gadrey

 


CONTACT GROUPE LOCAL ATTAC SAMBRE-AVESNOIS: acourte@hotmail.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by D DELCROIX - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Urgence

   

Utopie ?

Le monde change. Le capitalisme national a laissé la place à un capitalisme financier et mondialisé qui pille nos ressources et met les personnes en concurrence. Il n'est pas régulé et il fait des ravages importants : au nord comme au sud, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres plus en plus pauvres. Ces inégalités sont de plus en plus insupportables.
Un monde en paix est un monde en équilibre. C'est un monde qui recherche l'égalité entre tous, entre les continents, entre les peuples. Un monde solidaire et vivable pour nos enfants.
Utopie ? non cette vision est partagé par des millions d'hommes et de femmes. Et c'est parce que je crois que nous pouvons construire ensemble un projet de développement durable humain pour toute la société que je suis libertaire, socialiste, écologiste et altermondialiste.

Victor HUGO

Vous voulez les misérables secourus,

nous voulons la misère supprimée.  

C génial

Catégories

Chaine d'union

A lire

L'ouvrage n'a rien d'une marche arrière marxiste, ou d'un plaidoyer écolo, c'est une analyse incisive et clairvoyante de nos dérives, et une proposition moderne, facile à lire, d'une nouvelle organisation du monde.
Il faut lire Kempf.