Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 10:39
mali2.jpgLes préoccupations des Maliens sont avant tout d’ordre alimentaire à cause de l’incertitude qui pèse sur la qualité et la quantité des récoltes pour l’année 2009, incertitude liée à une campagne pluvieuse tardive. Le Mali étant un pays dont l’économie est essentiellement agropastorale, cette incertitude risque de se répercuter sur le taux de croissance de l’économie malienne en 2010 et les récoltes ne vont pas atteindre le chiffre escompté pour 2009, c’est-à-dire 4 millions de tonnes de céréales.

Le Nord du Mali reste marqué par les préoccupations d’ordre sécuritaire même si la tendance est à l’apaisement avec les groupes rebelles touaregs.

Dans les zones urbaines et en particulier à Bamako, les préoccupations sont plus du domaine de l’assainissement et de la gestion des déchets ainsi que l’accès à l’eau, notamment dans les périphéries urbaines.

Enfin se pose le problème de la baisse des revenus. La crise économique a affecté la trésorerie de l’Etat. Or l’accumulation des arriérés de paiement de l’Etat malien répercute sur l’ensemble des partenaires économiques maliens, puisque l’Etat est le premier opérateur économique au Mali. L’endettement de l’Etat malien agit donc comme goulet d’étranglement, à la fois dans le domaine économique mais aussi dans le domaine de l’emploi.

Pour pallier ces incertitudes économiques, l’Etat malien a mis en place des initiatives comme l’Initiative Riz dans la zone de l’Office du Niger mais aussi dans la région de Sikasso, et qui consiste à aménager des surfaces irriguées et ensemencées à la fois en saison principale et en contre-saison au Mali afin de produire un million de tonnes de riz par an. L’Etat a également mis à disposition plus de 15 milliards de francs CFA destinés à la distribution de semences, d’engrais et autres intrants, à la formation des petits producteurs et à leur rémunération. Le potentiel de production céréalière semble largement sous-estimé puisque seuls 120 000 hectares ont déjà été aménagés sur les deux millions potentiels, et seuls 600 000 tonnes de riz ont été produites. Le Mali possède actuellement un potentiel de production de 10 millions de tonnes de riz qui lui permettrait d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Pour répondre aux besoins en main d’oeuvre agricole, le Mali fait appel à une immigration circonstancielle d’ouvriers originaires du Burkina-Faso, destinée aux campagnes rizicoles.
Enfin l’Etat a mis également en place des mesures pour favoriser l’insertion agricole des jeunes et prépare une réforme foncière visant à promouvoir l’accès à la terre et donc à la propriété pour les petits paysans de l’Office du Niger. La propriété de la terre est une garantie pour lever des capitaux auprès des banques et rechercher des investissements.

Le 3 août l’Assemblée Nationale a adopté le nouveau Code des Personnes et de la Famille. Cette réforme impacte à la fois le contexte politique et social. Elle confronte les zones urbaines aux zones rurales, le mariage laïc au mariage religieux et risque d’affaiblir le pouvoir des imams face à celui des autorités institutionnelles publiques. Cette réforme a soulevé une réelle question de société à laquelle le Mali est confronté depuis de nombreuses années. Comment concilier tradition et modernité ?

Le Mali célèbre en 2010 le cinquantenaire de son indépendance, avec un point d’orgue pendant la semaine du 13 au 19 septembre 2010 qui fournira l’occasion d’inaugurer des ouvrages tels que le 3ème pont de Bamako, un échangeur multiple et un nouvel hôpital, le plus grand du pays, financé par la coopération chinoise. Les commémorations s’articuleront autour de trois volets. Le premier concerne les activités de mémoire, histoire et culture, avec la production d’émissions de télévision, de radio ou de pièces de théâtre) ou encore la création de modules spécifiques destinés à l’enseignement à l’école. Le deuxième volet porte sur l’aménagement du territoire, notamment au niveau de l’assainissement et de la salubrité dans les capitales régionales et les grands centres urbains. Ce volet demande l’implication de l’ensemble des acteurs nationaux, dont la diaspora malienne et les entreprises du secteur privé dans le domaine de la construction. Enfin, le troisième volet est destiné à la décentralisation et aux collectivités territoriales avec notamment la production d’un programme du cinquantenaire par chaque commune. L’ensemble de ces propositions conduira à la création d’un plan d’action à l’échelle nationale.

Le renouvellement des élus au Mali en s’est fait à 55%, ce qui soulève la question de la formation de ces nouveaux élus. Un renforcement des capacités des élus est nécessaire et doit être accompagné d’un renforcement des ressources financières.

MALI-068.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by D DELCROIX - dans International
commenter cet article

commentaires

Urgence

   

Utopie ?

Le monde change. Le capitalisme national a laissé la place à un capitalisme financier et mondialisé qui pille nos ressources et met les personnes en concurrence. Il n'est pas régulé et il fait des ravages importants : au nord comme au sud, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres plus en plus pauvres. Ces inégalités sont de plus en plus insupportables.
Un monde en paix est un monde en équilibre. C'est un monde qui recherche l'égalité entre tous, entre les continents, entre les peuples. Un monde solidaire et vivable pour nos enfants.
Utopie ? non cette vision est partagé par des millions d'hommes et de femmes. Et c'est parce que je crois que nous pouvons construire ensemble un projet de développement durable humain pour toute la société que je suis libertaire, socialiste, écologiste et altermondialiste.

Victor HUGO

Vous voulez les misérables secourus,

nous voulons la misère supprimée.  

C génial

Catégories

Chaine d'union

A lire

L'ouvrage n'a rien d'une marche arrière marxiste, ou d'un plaidoyer écolo, c'est une analyse incisive et clairvoyante de nos dérives, et une proposition moderne, facile à lire, d'une nouvelle organisation du monde.
Il faut lire Kempf.