Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 21:34

Lors de la dernière assemblée de la section de Maubeuge, le 4 mars, notre camarade Yves nous a demandé de faire attention aux mots [maux ?] que nous utilisons. Il a insisté sur la nécessité de parler de "cotisation sociale" plutôt que de "charge".

 

Yves a parfaitement raison car la victoire du Libéralisme passe aussi par l'acceptation d'un vocabulaire nouveau et accepté.

 

D'ailleurs, pourquoi parle t on aujourd'hui des "Salariés", et non plus des "Travailleurs" ?

Le travailleur signifie qu'il produit, qu'il agit. Le travailleur est actif, il contribue, il est un élément à part entière du processus de production, donc il est créateur lui aussi de richesse.

Le salarié, lui, ne crée rien. Le salarié touche un salaire, il coûte, il est une charge. Le salarié, on le paye, on l'achète. Le salarié devient une marchandise comme une autre, qu'il s'agit d'avoir au moindre coût.

 

L'humain est devenu une valeur marchande. L'OMC a gagné, tout est marchand, même l’éducation, la culture, l’insertion, l’eau, l’électricité...

 

Notons également : un travailleur sans travail est un DEMAANDEUR d'emploi alors que l'entreprise OFFRE un emploi ; mais aussi : "un chômeur doit se vendre", Pôle emploi parle depuis longtemps de "clients", et même dans le travail social on commence à parler de clients...

 

L’idéologie, dominante propagée par une élite aux intérêts bassement égoïstes, nous façonne aussi par le vocabulaire, et nous oblige à l'accepter en l'utilisant nous mêmes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Christian 20/03/2009 11:24

De la même façon, pourquoi parle-t-on moins de contributions (directes et indirectes) remplacées par l'usage quasi exclusif de l'impôt? Les impôts ont même leur hôtel ! (construction qui n'a heureusement rien à voir avec l'autel, où l'on célèbre les sacrifices !!). On dira qu'on joue sur les mots? Mais en l'utilisant nous-mêmes, nous avons aussi accepté cette évolution.
Dommage, car le mot contribution inclut le préfixe "co-" qui implique l'association en même temps que la simultanéité. "Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable..." précisait l'article 13 de la Déclaraton des Droits de l'Homme et du Citoyen.
Pas besoin de faire un dessin, quand on est imposé ou imposable, même si on fait la même chose que le contribuable, l'acte n'a plus le même sens. D'une certaine manière, le contribuable contribue... il participe ! Il apporte sa contribution tandis qu'une personne contribuée ça n'existe pas : elle est imposée !
Mieux, l'expression "cotisations sociales", avec le même préfixe "co-", insinue que la démarche est librement consentie par ceux qui en ont la responsabilité...
En attirant notre attention, Yves s'est montré encore plus à gauche que le commun des socialistes !
Sincèrement, je partage tout à fait la crainte que l'idéologie libérale ne nous façonne aussi par le vocabulaire. J'avais trouvé équivoque un certain vocabulaire de ministres socialistes qui, à une époque pas si éloignée et en emboîtant le pas aux discours de la droite, mettaient (trop?) en avant de très populistes "baisses d'impôts".
Aujourd'hui, curieusement, l'allusion à "l'indispensable contibution" au sens de la D.D.H.C., revient dans l'actualité quand tel un gouvernement de droite et Sarkozy en tête veulent faire croire (pédagogie, disent-ils) qu'un investissement social conséquent de l'Etat serait empêché par la nécessité d'économiser "l'argent des contribuables"!
Quelle perfidie !

Urgence

   

Utopie ?

Le monde change. Le capitalisme national a laissé la place à un capitalisme financier et mondialisé qui pille nos ressources et met les personnes en concurrence. Il n'est pas régulé et il fait des ravages importants : au nord comme au sud, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres plus en plus pauvres. Ces inégalités sont de plus en plus insupportables.
Un monde en paix est un monde en équilibre. C'est un monde qui recherche l'égalité entre tous, entre les continents, entre les peuples. Un monde solidaire et vivable pour nos enfants.
Utopie ? non cette vision est partagé par des millions d'hommes et de femmes. Et c'est parce que je crois que nous pouvons construire ensemble un projet de développement durable humain pour toute la société que je suis libertaire, socialiste, écologiste et altermondialiste.

Victor HUGO

Vous voulez les misérables secourus,

nous voulons la misère supprimée.  

C génial

Catégories

Chaine d'union

A lire

L'ouvrage n'a rien d'une marche arrière marxiste, ou d'un plaidoyer écolo, c'est une analyse incisive et clairvoyante de nos dérives, et une proposition moderne, facile à lire, d'une nouvelle organisation du monde.
Il faut lire Kempf.