Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 20:46

La Guadeloupe a commencé le 20 janvier 2009, à l’appel d’un collectif de 52 organisations syndicales, politiques, d’associations de consommateurs, d’associations populaires et culturelles, un mouvement de grève générale. En Guadeloupe,  pour une population de 450.000 habitants : plus de 100 000 personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, il y a 25 % de chômeurs, et le taux de chômage des jeunes est de 45%. L’île ne compte 4 000 contrats aidés pour 150 000 personnes ayant un emploi de. Les bas salaires y sont légion, surtout chez les femmes. La manifestation du 29 janvier 2009 a rassemblé 25 000 manifestants. A l’échelle de la France cela correspondrait à une manifestation de 3,5 millions de personnes.

Depuis, cette grève générale unitaire et illimitée s'étend à la Martinique, à la Guyane et à la Réunion. Ils se battent contre la vie chère, les bas salaires, les licenciements et le chômage, pour leur dignité.

Les travailleurs et la population demandent : le relèvement immédiat des salaires, des minima vieillesse et sociaux de 200 €, la défense et la création d’emplois, la formation notamment pour la jeunesse, l’amélioration du droit et des libertés syndicales, la baisse des loyers. Depuis le 20 janvier, il n’y a plus de carburant dans les stations service. Les coupures d’électricité et d’eau se multiplient. La nuit, des poubelles et des carcasses de voiture sont incendiées. Les barrages sur les routes se multiplient.

Leur combat est le nôtre, il est exemplaire.
Nous devons apporter toute notre solidarité aux Guadeloupéens, Martiniquais, Guyanais et Réunionnais qui proclament avec la même force que ce n'est pas au peuple de payer la crise! 

Mais cette crise est aussi politique. Rappelons nous les émeutes en Guadeloupe de mai 1967. Pour rattraper les inégalités historiques, une rénovation profonde des institutions et du système économique est indispensables.

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Social
commenter cet article

commentaires

Urgence

   

Utopie ?

Le monde change. Le capitalisme national a laissé la place à un capitalisme financier et mondialisé qui pille nos ressources et met les personnes en concurrence. Il n'est pas régulé et il fait des ravages importants : au nord comme au sud, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres plus en plus pauvres. Ces inégalités sont de plus en plus insupportables.
Un monde en paix est un monde en équilibre. C'est un monde qui recherche l'égalité entre tous, entre les continents, entre les peuples. Un monde solidaire et vivable pour nos enfants.
Utopie ? non cette vision est partagé par des millions d'hommes et de femmes. Et c'est parce que je crois que nous pouvons construire ensemble un projet de développement durable humain pour toute la société que je suis libertaire, socialiste, écologiste et altermondialiste.

Victor HUGO

Vous voulez les misérables secourus,

nous voulons la misère supprimée.  

C génial

Catégories

Chaine d'union

A lire

L'ouvrage n'a rien d'une marche arrière marxiste, ou d'un plaidoyer écolo, c'est une analyse incisive et clairvoyante de nos dérives, et une proposition moderne, facile à lire, d'une nouvelle organisation du monde.
Il faut lire Kempf.