Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 22:22

Le dernier effet d'annonce et médiatique du gouvernement prononcé par Eric BESSON, le nouveau ministre de l’immigration : l'échange d'un titre de séjour pour un clandestin contre la dénonciation d'un réseau de passeur, sera tout aussi inefficace que les autres. Le clandestin obtiendrait d'abord une carte de séjour de six mois avec un suivi social dès le dépôt de plainte et une carte de séjour de 10 ans, si une condamnation effective est prononcée.

D’abord, si la France n'accorde pas de papiers à un clandestin, c’est pour des raisons économiques ou sociales, en quoi la dénonciation du passeur modifierait ces motifs. Ensuite, les passeurs ont des réseaux puissants, le clandestin et sa famille auront besoin d’une protection importante. Est-ce possible ?

Une telle mesure, papiers contre dénonciation, est déjà mise en œuvre pour combattre la prostitution. Elle n’a aucun effet.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Urgence

   

Utopie ?

Le monde change. Le capitalisme national a laissé la place à un capitalisme financier et mondialisé qui pille nos ressources et met les personnes en concurrence. Il n'est pas régulé et il fait des ravages importants : au nord comme au sud, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres plus en plus pauvres. Ces inégalités sont de plus en plus insupportables.
Un monde en paix est un monde en équilibre. C'est un monde qui recherche l'égalité entre tous, entre les continents, entre les peuples. Un monde solidaire et vivable pour nos enfants.
Utopie ? non cette vision est partagé par des millions d'hommes et de femmes. Et c'est parce que je crois que nous pouvons construire ensemble un projet de développement durable humain pour toute la société que je suis libertaire, socialiste, écologiste et altermondialiste.

Victor HUGO

Vous voulez les misérables secourus,

nous voulons la misère supprimée.  

C génial

Catégories

Chaine d'union

A lire

L'ouvrage n'a rien d'une marche arrière marxiste, ou d'un plaidoyer écolo, c'est une analyse incisive et clairvoyante de nos dérives, et une proposition moderne, facile à lire, d'une nouvelle organisation du monde.
Il faut lire Kempf.