Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 18:59

petain-travailEn 1886, aux États-Unis, le 1er mai les syndicats obtiennent, après deux ans de luttes la journée de huit heures pour beaucoup de travailleurs.

Quelques années plus tard en 1889, à Paris, les syndicats organisent une «journée internationale de revendications destravailleurs».

Le 1er mai 1891, à Fourmies, la manifestation rituelle tourne au drame. La troupe tue dix personnes dont 8 de moins de 21 ans.

 

Le 24 avril 1941, Pétain fait du 1er mai « la fête du travail et de la concorde sociale » et devient jour chômé.

 

En 1947, le gouvernement issu de la Libération fait du 1er mai un jour férié et payé...

 

Le Pen en 1988, récupère le 1er mai pour en faire « la fête du travail et de Jeanne d'Arc » et Sarkozy en 2012 veut en faire « la fête du vrai travail ».

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Urgence

   

Utopie ?

Le monde change. Le capitalisme national a laissé la place à un capitalisme financier et mondialisé qui pille nos ressources et met les personnes en concurrence. Il n'est pas régulé et il fait des ravages importants : au nord comme au sud, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres plus en plus pauvres. Ces inégalités sont de plus en plus insupportables.
Un monde en paix est un monde en équilibre. C'est un monde qui recherche l'égalité entre tous, entre les continents, entre les peuples. Un monde solidaire et vivable pour nos enfants.
Utopie ? non cette vision est partagé par des millions d'hommes et de femmes. Et c'est parce que je crois que nous pouvons construire ensemble un projet de développement durable humain pour toute la société que je suis libertaire, socialiste, écologiste et altermondialiste.

Victor HUGO

Vous voulez les misérables secourus,

nous voulons la misère supprimée.  

C génial

Catégories

Chaine d'union

A lire

L'ouvrage n'a rien d'une marche arrière marxiste, ou d'un plaidoyer écolo, c'est une analyse incisive et clairvoyante de nos dérives, et une proposition moderne, facile à lire, d'une nouvelle organisation du monde.
Il faut lire Kempf.